'

Iran: derrière l’élection, l’ombre des Gardiens de la Révolution

IRAN MILITARY PARADE

Aujourd’hui commencent les élections iraniennes. L’occasion de se pencher sur les réseaux qui dirigent toute une partie du pays dans l’ombre, qu’ils soient économiques, politiques ou sécuritaires : les Gardiens de la Révolution.

Officiellement, la Constitution leur interdit toute interaction dans l’élection présidentielle ou toute tentative d’influence politique. Les Gardiens de la Révolution, Sepah-e Pasdaran, restent un organe militaire, soumis à une forme de réserve. Distinct de l’armée classique, ce corps est né d’un décret du 5 mai 1979 qui lui confie la protection de la Révolution et du Guide suprême.

Avec la bénédiction de celui-ci, ils orchestrent une vague de purges au sein de l’armée conventionnelle, exécutant les chefs militaires issus du régime précédent : rien ne doit pouvoir devenir une menace pour la Révolution. Les pasdarans prennent dès leur création le contrôle de l’industrie de défense iranienne. Selon les estimations de l’Institut international pour les études stratégiques (IISS), ils ont absorbé en 2012, 42,75% du budget de la défense nationale. Ce corps de 130 000 soldats, trois fois moins nombreux que leurs homologues de l’armée, a reçu les trois quarts des crédits alloués à l’achat d’équipement.

Régulièrement, depuis les années 1980, les Gardiens de la Révolution prennent Voir l’article en entier

Via:: Actu défense

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close