'

Société de projet: le ministre n’écarte pas la dimension “service”

eclair001.png

Hier soir, à Science-Po, Jean-Yves Le Drian (invité par l’Ecole des affaires internationales) s’est longuement étendu sur “l’audace” nécessaire pour gérer au mieux l’Institution militaire française et défendre ses intérêts et ses capacités.

L’intervention du ministre a suivi une table-ronde à laquelle ont pris part le général Pierre de Villiers (le CEMA), Laurent Collet-Billon (le DGA), Hugues Bied-Charreton (le directeur des affaires financières du MinDef).

Lors de la séquences des questions, Guillaume Fonouni-Farde (dont j’ai eu le plaisir de diffuser un point de vue sur l’externalisation ici) a interrogé le ministre sur son projet de société de projet.

Jean-Yves Le Drian l’a assuré que ce projet qui verra le ministère passer du “tout patrimonial” à du “un peu locatif” sera mené à bien “contre vent et marée” (un coup de tabac n’effraie pas un Lorientais, n’est-ce pas?).

Face à l’hostilité de Bercy, à la perplexité des états-majors, au manque d’enthousiasme actuel de la DGA, aux réticences de certains parlementaires, le ministre de la Défense tient le cap. Il s’agit, je rappelle, de compenser l’absence de REX et de faire financer l’achat puis la location de matériels militaires (pour l’instant) non létaux ou non offensifs.

“Du service? Pourquoi pas?”. Le ministre de la Défense a confirmé aussi que l’option “services” n’était pas écartée. On pourrait donc imaginer que le package comprenne aussi du MCO par exemple, voire de la formation etc. De quoi attirer équipementiers et prestataires de services au futur tour de table.

Et dans quel périmètre? Pas de létal, dit-on. De l’aérien? Pourquoi pas des ravitailleurs en vol dont le ministre a promis la prochaine commande… Du naval? Une société de projet pourrait acheter les B2M en construction chez Piriou ou financer la future “flotte logistique” (trois navires selon la LPM). Et des frégates? Trop “létales”?

Racheter du matériel? L’avantage, c’est un gain Voir l’article en entier

Via:: Ligne de défense

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close