'

Un dixième pays adhère à l’Initiative européenne d’intervention

Les pays de l’Union européenne les plus convaincus par l’Europe de la défense, plus le Royaume-Uni qui veut conserver des bases de coopération solides dans le cadre du Brexit, se sont réunis ce mercredi 7 novembre à Paris pour concrétiser l’Initiative européenne de défense. L’Allemagne, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la France, les Pays-Bas, le Portugal et le Royaume-Uni, qui avaient signé la lettre d’intention de l’IEI le 25 juin 2018, ont accueilli un nouvel adhérent à ce club d’un nouveau genre, la Finlande.

Nous sommes encore très loin du concept d’une armée européenne mais sur la voie d’une culture stratégique commune grâce à des partages d’analyses sécuritaires et de coopérations dans les domaines de l’anticipation stratégique, des scénarios d’engagement, du soutien aux opérations, du retour d’expérience et de la doctrine. L’IEI doit encore prouver son utilité et trouver sa place puisqu’il entend se mettre au service de l’UE, y compris dans la structure de coopération permanente, et de l’OTAN.

Les premiers Military European Strategic Talks (MEST) se dérouleront le 9 novembre avec des échanges entre des hauts représentants des états-majors des dix pays de l’IEI. Les pistes de travail tournent autour d’une approche commune des crises (notamment climatiques et sécurité maritime).

En marge, la France et la Belgique en ont profité pour signer l’accord CAMO pour capacité motorisée (382 Griffon et 60 Jaguar) qui comprend un partenariat poussé pour la formation, les entraînements et le maintien en condition opérationnel.

Voir l’article en entier

Via:: La voix du Nord – Défense Globale

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close