'

Le système de sécurité d’Iran : un corps multiple au cœur du pouvoir

Le système de sécurité de la République islamique – ensemble regroupant institutions et organismes chargés de la sécurité extérieure et intérieure – est un domaine peu abordé. La littérature occidentale consacrée au sujet est essentiellement signée par des Anglo-Saxons qui ignorent souvent les sources iraniennes. Pourtant, on trouve des publications d’analystes locaux et des magazines édités par l’armée, les Gardiens de la révolution (pasdaran) et la police, sans oublier les textes de loi et les directives de services publiés sur Internet. Il en résulte un corps du renseignement protéiforme, mais puissant.

L’organe de sécurité iranien est semblable à celui d’autres régimes autoritaires et idéologiques : une armée de métier et une police à l’effectif important, mais technologiquement obsolètes font face à un réseau de forces de renseignement et paramilitaires assurant la sécurité intérieure. En Iran, les modestes moyens militaires sont compensés par une confiance puisée dans l’idéologie islamiste anti-impérialiste et un soutien aux mouvements révolutionnaires et altermondialistes, selon les articles 152, 153 et 154 de la Constitution. En ce sens, les États-Unis restent le pire ennemi de Téhéran. L’accord de juillet 2015 sur le programme nucléaire n’y change pas grand-chose. On peut simplement espérer une réévaluation des intérêts stratégiques communs pour les deux pays, à savoir la stabilisation de l’Irak et la lutte contre l’organisation de l’État islamique (EI ou Daech).

Un rôle stratégique en haut de l’exercice de l’État

L’organe de sécurité iranien est dirigé par le Guide suprême de la révolution, et surveillé et endoctriné par des clercs. À la tête du pouvoir depuis 1989, on trouve le grand ayatollah Ali Khamenei ; ses fonctions sont triples : jurisconsulte suprême, Guide de la révolution et chef des forces armées. Il est assisté par un bureau de 5 000 hommes (beit-e rahbari), dont on connaît peu la composition. Ce dernier possède un Voir l’article en entier

Via:: Défense et Sécurité Internationale

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close