'

La France précise sa vision du droit international dans les opérations cyber

eclair001.png

Le ministère des Armées a diffusé, hier, un rapport d’une vingtaine de pages qui précise la position française sur l’application du droit international aux opérations militaires dans le cyberespace, tant en temps de paix que de conflit.

“Ce document fondateur est nécessaire, au moment où les négociations sur les enjeux de cybersécurité, qui aborderont largement la question de l’application du droit international dans le cyberspace, reprennent à l’ONU”, précise le ministère des Armées qui avait déjà, en janvier, dernier, dévoilé sa doctrine offensive.

Ce rapport met en exergue certaines spécificités de l’approche française, “notamment en ce qui concerne les contours du concept de souveraineté dans le cyberespace, le seuil du recours à la force ou d’une agression armée, l’interdiction de faire usage du droit de légitime défense en réaction à la violation par un Etat du principe de diligence due, ou la définition de l’attaque en contexte de conflit armé”.

Botnet neutralisé

Cette diffusion intervient après que la gendarmerie française et son Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N), basé à Pontoise (Val d’Oise), ont réussi à neutraliser un “botnet”, un réseau d’ordinateurs piratés de plusieurs centaines de milliers de machines, principalement situées en Amérique latine, en piratant à son tour le serveur de commande utilisé en France par des hackers. Le pays le plus touché était le Pérou avec 322 340 ordinateurs, suivi du Venezuela et de la Bolivie, avec respectivement 130 469 et 83 858 machines infectées.

L’affaire a commencé quand l’éditeur d’antivirus Avast a signalé à la gendarmerie, au début de 2019, la présence en France d’un serveur commandant un réseau d’ordinateurs infectés, principalement en Amérique centrale et en Amérique du sud. Selon la gendarmerie, qui a qualifié l’opération de “première mondiale”, plus de 850 000 ordinateurs ont été délivrés du botnet qui les reliait clandestinement.

Cette opération illustre Voir l’article en entier

Via:: Ligne de défense

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close