'

Sahel: Paris, droit dans ses rangers, favorise l’option militaire

franbce.jpg

La stratégie du “tout militaire” aurait-elle vécu au Sahel ?

En mai 2019, l’International Crisis Group avertissait : “La guerre dans le centre du Mali est dans l’impasse” ​et préconisait de “tenter de discuter avec les jihadistes, en vue notamment de conclure un cessez-le-feu et d’atténuer les violences contre les civils”​.

Dans son rapport intitulé “Parler aux jihadistes au centre du Mali : le dialogue est-il possible ?”​, l’ICG reconnaissait cependant que “les appels au dialogue se heurtent aux résistances du gouvernement (malien, ndlr)​, de ses alliés étrangers et de segments de la société malienne, qui excluent tout compromis avec les jihadistes, eux-mêmes réticents au dialogue”​.

La France, en particulier, privilégie une réponse militaire face à l’insurrection djihadiste, rappelant que des groupes armés du Sahel sont désignés comme terroristes par les Nations unies et que ces mêmes groupes (GAT, pour groupe armé terroriste) ont tué des soldats français.

En avril 2017, lors d’une visite officielle au Mali, Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, a ainsi justifié sa position anti-dialogue en évoquant un compatriote décédé. “Comment peut-on négocier avec les terroristes ? !… Iyad ag Ghaly (l’un des chefs djihadistes) ​s’est réjoui de la mort du soldat français Julien Barbé”.

L’ancien président François Hollande, en visite à Brest, ce mercredi est revenu sur la mort de treize soldats au Mali et sur la menace terroriste au Sahel. Pour lui, “cette menace n’a pas disparu, elle est toujours là, et donc nous devons faire en sorte que la mission aujourd’hui assurée par Barkhane puisse se poursuivre”​.

Des appels en France
En France, toutefois, des voix s’élèvent dans la classe politique en faveur d’un retrait du Sahel où les forces françaises sont engagées depuis le lancement de l’opération Serval en janvier 2013, suivie de l’opération Barkhane en août 2014.

Le groupe La France insoumise à Voir l’article en entier

Via:: Ligne de défense

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close