'

Sous-marins australiens: ça tangue mais Naval Group navigue sereinement

sub-950x415.jpg

A-t-on conseillé au ministère australien de la Défense de se retirer du contrat passé avec l’équipementier français Naval Group ? C’est ce qu’affirment plusieurs médias australiens. Et c’est ce que réfute le ministère australien de la Défense qui s’est fendu, mercredi, d’une mise au point.

Petit retour en arrière.
Français et Australiens ont signé, en 2016, un méga-contrat portant sur la fourniture de 12 sous-marins de la classe Barracuda pour remplacer les bâtiments vieillissants de la classe Collins. Pour ces 12 sous-marins, la facture s’élève à 34 milliards d’euros. Le début de la construction du premier sous-marin était alors prévu pour 2023 et la première livraison escomptée à l’horizon 2030.

Le 11 février 2019, a été signé l’accord de partenariat stratégique par le Commonwealth d’Australie et Naval Group. Cet accord, signé après 16 mois de discussions âpres, encadre, comme le précisait Naval Group, la coopération entre les deux partenaires pour les 50 prochaines années, mais aussi tous les futurs contrats du projet.

signature.jpg

L’équipementier français se félicitait alors que les jalons du programme étaient mis en place ou en cours de mise en place. “Les études préliminaires du futur sous-marin sont terminées. La phase d’étude de faisabilité du contrat de conception du futur sous-marin entreprise en France avec le soutien d’ingénieurs australiens est achevée”, précisait aussi Naval Group.

La prochaine étape devrait être la signature en 2023 d’un troisième contrat portant sur la fabrication des douze sous-marins. Cette signature coïnciderait avec le début du chantier de construction du premier sous-marin de la future classe Attack.

Coups bas politiciens et industriels
Au cours des dernières semaines, plusieurs articles dans la presse australienne ont fait état de sérieuses difficultés dans l’exécution du contrat, de retards, de dépenses inconsidérées et de conseils donnés au ministère australien de la Défense de se préparer à Voir l’article en entier

Via:: Ligne de défense

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close